ETRE VIVANT AVANT TOUT Interview Bernard CAMPAN

Bernard Campan nous a reçus chez lui ; signe rare de simplicité, de transparence. Ce fut le tempo de la rencontre. C’était une première pour lui de se livrer sur sa foi, sur sa manière de la vivre. Il nous a confié : « Ce que je dis là, je le confie rarement. Je suis déjà content de pouvoir parler de la spiritualité telle que je la pratique. C’est quelque chose que je suis heureux de partager ».

CAMPAN def

Dans quelles circonstances avez-vous rencontré Arnaud Desjardins ?

Ma première rencontre avec Arnaud Desjardins s’est faite à travers ses livres. Son enseignement m’a tout de suite touché au plus profond. A la lecture des premières pages, il m’a montré que j’allais à contresens, que je vivais à contresens de la vie. C’était en 1995. A l’époque il donnait encore quelques conférences ; j’ai assisté  à l’une des dernières probablement. J’étais allé l’écouter avec ma femme, mon beau-frère, des amis. A la fin de la rencontre,  je suis allé le voir. Et là, j’ai senti le chaud et le froid. J’étais évidemment très attiré, mais j’avais très peur d’être rejeté ; j’analysais la moindre de ses paroles. J’étais donc toujours à demi déçu et à demi convaincu. Par exemple, j’étais déçu qu’il me reconnaisse parmi les membres des Inconnus. Comment un sage, un maître spirituel, peut-il s’abaisser à regarder la télévision ? Mes réflexions étaient de cet ordre-là ; c’était ainsi que je recevais les choses. Tout ce qu’il me disait était presque décevant… Pourtant, il y a eu immédiatement une confiance qui ne s’est jamais démentie !

Vous avez suivi sa voie jusqu’à son décès. Comment vivez-vous votre foi ?

C’est un cheminement ; c’est quelque chose de vivant en soi. Je parlerai de l’enseignement et de la pratique plutôt que de la foi. Je ne saurais pas dire exactement ce qu’est la foi. J’ai de plus en plus confiance dans la vie.

…Pour lire la suite de l’article,  Revue Reflets n°8 pages 77 à 81