VIELLIR ENSEMBLE – Frédérique HEBRARD et Louis VELLE

VIEILLIR ENSEMBLE 

 Un moment avec Frédérique HEBRARD et Louis VELLE

 Frédérique Hébrard et Louis Velle ont eu et continuent une vie magnifique. Quelle complicité entre ces deux octogénaires ! Que d’aventures ! Que d’anecdotes ! Que de projets !Ce sont deux conteurs hors pair : impossible de s’ennuyer auprès d’eux                                                                                 T.R.

p 42 Frédérique Hébrard -Louis Velle

Qu’est-ce qui fait que votre couple dure depuis plus de 63 ans ?

 L’amour !

Ils ont parlé ensemble, éclaté de rire ensemble. Complices.

 LV : Que vous dire, c’est ainsi ! C’est comme gagner un gros lot à la loterie de la vie. On l’a gagné, il n’y a aucun doute.

FH : C’est quand même un petit peu plus compliqué parce que le hasard de la loterie ne demande pas au parieur de pratiquer un mode de vie. Tandis qu’il est évident que nous avons trouvé le nôtre. Nous n’avons pas fait ce qui aurait pu nous séparer et casser le couple, et nous avons tendance à rendre grâce et à ne pas trouver le bonheur normal et dû.

LV : Entre nous, ça a été un accord, un désir de compagnie. Par le mot « compagnie » j’entends que nous avons beaucoup de goûts en commun avec deux tempéraments différents. Je crois que cela contribue à l’équilibre. Qu’est-ce que tu en penses ?

FH : Oui, c’est vrai. J’aime nos différences. Il est catholique, je suis protestante. Sa famille était plutôt à droite, la mienne était franchement à gauche.

LV : Je chantais des cantiques au collège pendant que la petite Frédérique défilait sur les épaules de son papa, le poing levé, en chantant la Varsovienne.

 

Qu’est-ce qui vous paraît le plus important dans un couple ?

 LV : L’envie de retrouver l’autre, d’être avec l’autre.

FH : De le toucher, d’être touché. D’être ensemble.

LV : Une autre chose est décisive : avoir envie d’échanger. Qu’est-ce qu’elle va me dire ? Qu’est-ce qu’elle va me raconter de sa journée, de son voyage, de son travail ? Et puis, il y a la descendance. C’est extrêmement important. Avec nos enfants, nous n’avons pas eu à traverser de crises d’adolescence ou de révolte. Pas du tout. Heureusement. Petits, je leur racontais une histoire, et puis tout d’un coup je disais : «  À toi, Nicolas, continue ! », et une petite voix continuait là où je m’étais tu. Avant de dire à son frère : « À toi, François ». Mon souci a toujours été de les mettre en mouvement, pour qu’ils se mettent eux-mêmes en mouvement.

 

Maintenant, les enfants élevés, qu’est-ce qui fait que le couple demeure ?

 

Lire la suite de l’article…. Revue Reflets n° 7 pages 42 à 44

2 réflexions sur « VIELLIR ENSEMBLE – Frédérique HEBRARD et Louis VELLE »

  1. Formidable! Comme cela me fait plaisir et même, me rend heureuse!
    Tout deux, vous avez traversé ma vie par éclairs… et je vous en remercie.
    Ah! on reprend confiance quand on lit tout cela: votre rencontre, votre vie, vos oeuvres!
    Gisèle Grimm

  2. Petite fille j’ai connu Louis Veille dans l’Age Heureux, il était l’amoureux de la Maman de Delphine. J’étais contente de voir que la Maman pouvait être heureuse avec ce nouvel homme dans sa vie. En 1965 j’avais 11 ans, et je m’imaginais que si ma Maman se retrouvait seule, j’espérais qu’elle rencontre un autre homme pour l’amour ! Bravo à Frédérique et Louis d’incarner cet Amour scellé depuis 63 ans. J’ai toujours le cœur d’une petite fille qui croit que l’amour est le plus fort, le plus solide, le plus glorieux sur la terre. Frédérique et Louis, même si j’ai 59 ans maintenant, vous me permettez de constater que j’ai toujours l’espoir de voir les êtres humains s’aimer. Je vous souhaite un bonheur continu jusque dans l’éternité. Je vous aime. Martine

Les commentaires sont fermés.