Le couple, CDD ou CDI?

Interview de Boris CYRULNIK

 Boris Cyrulnik est connu pour avoir développé en France le concept de « résilience », une manière de se reconstruire autrement après un traumatisme. Son histoire personnelle en témoigne : lire  Sauve-toi, la vie t’appelle, éd Odile Jacob. Après des études de médecine, n’ayant de cesse de décoder le fonctionnement humain,  il s’est ouvert à différents domaines : éthologie, psychologie, neurologie, psychanalyse.  Pour ce dossier, il nous aide à comprendre l’évolution socioculturelle du mariage.

Mise en page 1

Qu’est-ce qui permet aujourd’hui, selon vous,  à un couple de durer ?

 D’abord, c’est évidemment la durée de la vie parce qu’à la fin du dix-neuvième siècle, l’espérance d’un couple était de 15 ans. Les femmes mouraient tellement jeunes que les hommes se mariaient deux ou trois fois dans leur vie, alors qu’aujourd’hui, ce sont  les femmes qui enterrent leur conjoint.

L’évolution technique et celle des mœurs sont aujourd’hui telles que 80 % des hétérosexuels se pacsent au lieu de se marier alors que le pacs invite presque à la séparation du couple puisqu’on s’est mis en couple sans demander l’opinion des prêtres, de la famille et de la culture. Et on se sépare sans la leur demander non plus. Il y a beaucoup plus de divorces ou de séparation parmi les pacsés alors que les mariés se séparent plus difficilement. On constate en outre maintenant que ce sont surtout les femmes  qui demandent le divorce alors que, quand le travail était synonyme de  souffrance, toutes mes copines d’enfance  rêvaient du mariage et l’espéraient quel qu’en soit le prix. Dans les années 50, elles allaient à l’usine ou aux champs dès l’âge de 12 ou 13 ans et, à l’âge de 15 ou 16 ans, elles rêvaient toutes de mariage pour ne plus aller à l’usine. Elles demandaient donc peu à leur mari. Il leur suffisait qu’il travaille, qu’il ne soit pas trop méchant et ça leur suffisait. Maintenant, par contre, elles demandent à leur mari d’être un conjoint qui leur permette de vivre mieux intellectuellement, affectivement, socialement et sexuellement. Elles sont donc beaucoup plus exigeantes parce qu’elles sont autonomes.

….Lire la totalité de l’article revue Reflets n°7  – Le dossier: Fin ou début du couple? – article pages 24 à 26