L’unité chrétienne, utopie ou évidence? Gérard Fomerand

Universitaire, Gérard Fomerand étudie les mutations du christianisme contemporain. Il a publié, en 2012, aux Editions de l’Harmattan, La mémoire vive des mystiques chrétiens et, en 2013, Renaissance du christianisme, le retour aux origines, aux éditions Fidélité (Belgique).

Mise en page 1 …En ce début du XXIe siècle, nombreux sont les courants dans le monde chrétien souhaitant une réelle unité par delà les structures d’Eglises, sans pour autant nécessairement s’en passer, mais en en dépassant les lignes. Il s’agit de retrouver l’espace intérieur qui réunit au lieu de diviser. L’accès à cet univers a bien des noms. Nous le qualifierons ici de « christianisme intérieur » pour désigner le point focal d’une réelle unité ou encore de « royaume de Dieu qui est au milieu de vous » (Lc17, 21). A partir de ce lieu sans rivages se construira une unité chrétienne intérieure et donc extérieure.

 etoile 5branches def

5 branches en harmonie

Mais bien des questions doivent être posées en amont pour aboutir à cette harmonie. La tendance est immémoriale de transformer l’Eglise en « Institution » plus ou moins reliée à l’espace temporel. L’étatisation du christianisme, sa transformation en religion officielle de l’Etat romain en est le départ. Une spiritualité jusqu’alors persécutée devenait impériale et donc impérieuse. Venue annoncer un royaume qui n’était pas de ce monde (Jn 18,36), la nouvelle spiritualité était devenue actrice de ce monde. Une relative unité extérieure continua jusqu’en 1054, date de la séparation entre l’Orient et l’Occident chrétien, puis se brisa à nouveau en 1517 avec l’avènement de la Réforme. Trois grands territoires ecclésiaux, l’orthodoxie, le catholicisme et le protestantisme apparaissaient. N’avait-on pas oublié lors de ce rapide chemin historique, que le christianisme était avant tout une conversion de l’être ? Le témoignage constant des mystiques et des contemplatifs chrétiens avait néanmoins toujours été là pour montrer que cette dimension unifiée dans une identique expérience évangélique continuait à être vécue. Leur expérience du « mariage intérieur » et du dépassement des contraires donnait une réalité à l’unité chrétienne en ouvrant la voie à la paix du cœur et du monde

Unité extérieure et chemins d’unité intérieure 

Thomas Merton, (1915-1968), l’un des nombreux prophètes d’un réveil unitaire chrétien résume d’une façon remarquable que l’unité est d’abord une prise de conscience de son point origine. Il écrivait en effet : Nous sommes déjà un. Mais nous nous croyons séparés. Ce qu’il nous faut, c’est recouvrer notre unité originelle. Il nous faut devenir ce que nous sommes déjà.

Comment ne pas souscrire à ce constat en forme d’évidence ? A partir  de point origine partagé, tout devient très simple : l’unité est là.

 

Pour lire l’intégralité de l’article…Revue Reflets n°11 – Tradition et spiritualité- pages 63 à 67